Articles

Avez-vous à coeur de vouloir discerner ?

Avez-vous remarqué que certaines personnes fuient la vérité comme la peste, car celle-ci remet en cause leurs rêves ? Cela semble être peine perdue d'essayer de leur faire comprendre que le Royaume n'est pas de ce monde... Il semble qu'il faille leur raconter de beaux mensonges pour les rassurer... Elles inventent leur propre vérité (ou acceptent celle des manipulateurs) au gré des circonstances. Elles classent une information selon qu'elle affermit ou affaiblit leurs convictions et leurs choix. Il leur est pénible de réviser leurs certitudes.

Posez-vous la question : est-ce que je suis comme ces personnes ?

Savez-vous que la science nous apprend que les informations qui nous confortent dans notre vision des choses, gagnent pour nous en crédibilité et se gravent profondément dans notre esprit ? Ce besoin de se persuader qu'on est dans le vrai semble tenir à des raisons de survie : avoir raison, discréditer les arguments contraires, offrirait les plus fortes probabi…

Le christianisme est la pire trahison du Christ

Le christianisme est la pire trahison du Christ
(Jacques Ellul, L’homme à lui-même - 1991)

Il faut aussi qu'il y ait des sectes parmi vous, afin que ceux qui ont fait leurs preuves soient manifestes parmi vous
(1 Corinthiens 11:19)

Tout/tous concour(en)t à la réalisation du plan de Dieu, même ceux qui s'éloignent de Christ, car ainsi ils mettent en relief ceux qui restent attachés à la Vérité qu'est Christ, ceux qui continuent de suivre le Chemin qu'est Christ, ceux qui vivent de la Vie qu'est Christ : il y a alors tri entre les pseudo et les authentiques (le tri dans la Bible est traduit par le mot jugement).

Ce ne sont pas les définitions particulières de ce qu'est une secte qui comptent, mais celle que donne la Bible : pour la Bible, être sectaire, c'est choisir - le mot grec hairesis, traduit par secte - et qui a donné hérésie - signifie choix, préférence - ainsi, celui qui choisit, a ses préférences, ne prend pas tout ce que Dieu lui offre, mais uniquem…

Le spectacle que donnent les chrétiens

Une question qu'on peut se poser : le "spectacle" que donnent les "chrétiens" ne constitue-t-il pas une "distraction" qui éloigne du vrai message ? ce message qui dit : Le Royaume ne vient pas de manière à frapper le regard, car le Royaume n'est pas de ce monde : en effet, le Royaume est en vous...!

Pourquoi, par exemple, persistons-nous dans le patois de Canaan ?
Pourquoi dit-on "se faire baptiser" et ne pas utiliser le terme originel "se faire immerger" ?
Sommes-nous à ce point imprégnés du système ?

Pourquoi veut-on des pasteurs, fonction qui n'est citée qu'une seule fois dans le NT, et à la 4ème place des viennent-en-suite ?
Veut-on imiter la prêtrise catholique ?

On pourrait citer des dizaines d'exemples...

Tout est dégradé dans le christianisme actuel. Kierkegaard disait : "La raison d'être de la chrétienté (Église établie, institutionnelle) est de rendre si possible le christianisme impossible". Et…

Jean 666

Dès lors, beaucoup de ses disciples s'en retournèrent - ils ne marchaient plus avec lui
(Jean 6:66)

Lorsque Jésus a annoncé qu'il faudrait manger son corps et boire son sang, plusieurs se sont éloignés de Lui.
Allons-nous faire la même erreur consistant à prendre à la lettre un enseignement spirituel, et ainsi nous éloigner de Lui ?
Sommes-nous des chrétiens psychiques, ou des chrétiens spirituels ?

Jacques n'hésite pas à qualifier de démoniaque ce qui sort du psychisme de l'être humain :
Cette sagesse n'est point celle qui vient d'en-haut, mais elle est terrestre, psychique, démoniaque
(Jacques 3:15)

L'homme psychique n'est pas forcément un homme sans foi : la Bible appelle psychiques des hommes de foi qui vivent encore selon leurs propres désirs - on dirait aujourd'hui: qui prennent leurs désirs pour la réalité.

L'homme psychique ne reçoit pas les choses de l'Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parc…

L'union avec Christ, aspects pratiques

Jésus a dit : "Sans moi vous ne pouvez rien faire !"

Récemment, je me promenais avec un ami, prédicateur Quaker, dans notre très beau Parc Philadelphia. Nous parlions de l'apparente stérilité actuelle d'un grand nombre de prédications dans l'Eglise. Bien entendu, nous étions d'accord sur le fait que la raison principale en était l'absence de puissance spirituelle. Mais ce n'était pas la seule raison. Nous connaissions tous les deux de nombreux prédicateurs réellement baptisés dans le Saint-Esprit, qui, pourtant, ne semblaient pas produire de fruit dans leur ministère. J'émis l'hypothèse que l'une des raisons de ce manque de fruit pouvait être le fait que beaucoup de pasteurs, quand ils prêchent ou parlent de choses spirituelles, adoptent un ton et des manières qui diffèrent complètement de leur comportement habituel. Ce faisant, ils coupent le domaine spirituel de la vie pratique de ceux qui les écoutent, qui ne se sentent pas concernés, p…

Haïr la religion

[...] Nos vies en tant que disciples de Christ ne doivent pas tourner autour d'une religion identifiable, mais autour d'une personne reconnaissable, Jésus.

La bible nous dit que trois choses s'opposent à notre marche avec Christ : le monde, notre chair et le diable (voir Éphésiens 6:12). Je me suis demandé : "Pourquoi la religion n'est-elle pas incluse dans cette liste, étant-donné qu'elle travaille aussi contre notre relation avec Jésus ?" C'est là que j'ai réalisé que la religion se trouve en fait dans les trois !

Quand j'utilise le mot "religion", je veux dire "religiosité". C'est lorsque nous plaçons notre religion – nos croyances et pratiques théologiques – au centre de notre vie au lieu d'y placer Dieu. C'est en Jésus que nous vivons, respirons et que nous plaçons notre être entier, pas dans un système de croyances ou d'oeuvres.

Quand tu regardes les choses de cette façon, la religion devient une expre…

J'ai laissé Trophime malade à Milet

En 2 Tim 4:20, nous lisons Paul "avouer" : j'ai laissé Trophime malade à Milet.

Comment, Paul, grand Apôtre, qui avait le don de guérison, laisse-t-il quelqu'un malade, sans exercer sur lui ce don de guérison... ?

L'Encyclopédie des difficultés bibliques l'explique ainsi :
Parfois les avocats de la guérison par la foi disent : "ce n'est pas la volonté de Dieu que vous soyez malades". Si l'on fait une telle déclaration générale - que la maladie serait contraire à la volonté de Dieu - il faut expliquer comment l'apôtre a pu l'ignorer - ou apparemment l'ignorer - et pourquoi, s'il possédait quelque pouvoir miraculeux, il n'a pas guéri Trophime. Il a dû avoir quelque bonne raison. Cela implique au moins que nous soyons très prudents lorsque nous décrivons l'attitude divine face à la maladie.

Ne vous fiez pas à la bonne moralité d'une personne

Ne vous fiez pas simplement à la bonne moralité d’une personne. Elle n’est pas toujours la preuve de l’authenticité de son christianisme, comme le rappelle Charles Spurgeon :

Le diable n’a pas d’objection à ce que sa maison soit balayée et garnie ; car un moraliste peut être son esclave autant qu’un homme aux habitudes débauchées. Pourvu que le cœur demeure inoccupé par son grand adversaire et qu’il puisse utiliser l’homme pour ses propres buts, l’ennemi des âmes laissera l’homme réformer autant que cela lui plaira.

Des corbeaux ou des Arabes ?

Bible-Info N°3, 2017, rubrique Le coin du traducteur :

"Tu boiras de l’eau du torrent et c’est aux corbeaux que j’ai ordonné de te nourrir là. Telle est la parole que l’Eternel adresse à Elie, près du torrent de Kerith (1 Rois 17.4, Segond 21).

La plupart des versions françaises parlent de corbeaux, en dépit de l’aspect étonnant du phénomène. Les lecteurs de La Bible: Nouvelle traduction, éditée par Bayard, voient, eux, des Arabes recevoir l’ordre divin de nourrir le prophète.

Le texte hébreu traditionnel (massorétique) porte ‘orebim, qui signifie «corbeaux». «Arabes» se dit ‘arebim.

Quand on se rappelle que les manuscrits originaux ne comportaient que des consonnes (ici ‘rbim), on peut légitimement penser qu’il y a eu une erreur de la part des massorètes et conclure qu’il faut corriger leur lecture du texte. Après tout, il est plus probable que ce soient des êtres humains qui aient nourri Elie!

Cela dit, face à une conjecture, aussi séduisante soit-elle, il importe de vérifier ce…

Les soi-disant preuves

Si Dieu existait, il n'y aurait pas de mal

Réponse : de même que le froid est absence de chaleur, l'obscurité absence de lumière et le vide absence de matière, le mal est absence de Dieu

Conclusion : le mal prouve que Dieu EST, car partout où Dieu a été chassé par les hommes, le mal règne




Les évangiles se contredisent

Réponse : lors d'un accident, il y a autant de témoignages différents que de témoins

Conclusion : les différences dans les évangiles prouvent leur authenticité, car si leurs auteurs s'étaient concertés ils seraient identiques




Mat 28:17 montre clairement que même ceux qui accompagnaient Jésus doutaient

Réponse : si la Bible était inventée, elle ne dirait pas ce genre de choses, qui ternissent l'image de ces personnages

Conclusion : la Bible est honnête, elle ne cache rien


Ces certitudes qui crucifient

La Bible dit "mon peuple meurt (spirituellement) faute de connaissance".
Beaucoup trop de chrétiens ont un manque flagrant de connaissance.
D'un autre côté n'oublions pas que ce sont des certitudes qui ont crucifié Jésus, et qui crucifient (spirituellement) chaque jour les chrétiens attachés à la Vérité - ces certitudes sont souvent celles d'autres chrétiens, religieux.

Car il ne faut pas confondre la foi (qui doit être basée sur des connaissances) et la religion (certitudes qui tuent).

Qu'est-ce que la religion ?
La religion est un système que se crée l'être humain pour fuir Dieu.
Il se donne l'illusion de s'approprier Dieu, mais Dieu ne s'approprie pas.
Dans ce sens, on peut dire que la religion est le pire ennemi de Dieu.
Et qu'elle apporte de mauvaises réponses là où la foi pose les bonnes questions.

On peut faire le même reproche (toutes proportions gardées) à la science :
La science est un système que se crée l'être humain pour s…

La tour de Babel est toujours là...

- J'ai lu l'évangile de Marc, dont tu m'as conseillé la lecture. C'était tellement passionnant qu'en fait j'ai lu tout le Nouveau Testament...

- Super! Tu as tout compris ?

- J'ai eu de la peine avec le "patois de Canaan"... Pourquoi ces mots ne sont-ils pas traduits dans le langage d'aujourd'hui ?

- ???

- J'ai fait des recherches pour bien comprendre des termes comme "évangile", "docteur", "pasteur", "ministre", "apôtre", etc.

- Et... ?

- Eh bien, par exemple, pourquoi dit-on "évangile" et non pas "bonne nouvelle" ? Lorsqu'ils utilisaient ce mot, les premiers chrétiens utilisaient des mots de tous les jours, et celui-ci donne, en français "bonne nouvelle"... "évangile", c'est du patois de Canaan...

- Tu en as d'autres, des comme ça ?

- Par exemple, lorsque ses contemporains disent "maître" à Jésus, le mot original est le mêm…